Les données personnelles de santé accessibles aux assurances et laboratoires, Mediator : les morts « imputables » et les morts « attribuables » and Le CBD, “cannabis légal”, en France : entre espoirs médicaux et business florissant

Les données personnelles de santé accessibles aux assurances et laboratoires

À chaque fois que vous allez chez votre médecin, à la pharmacie ou à l’hôpital, toutes les informations vous concernant sont enregistrées et stockées au sein du Sniiram (Système national d’information inter-régimes de l’Assurance-maladie). Au total, cette base de données voit transiter chaque année one,two milliard de feuilles de soins, five hundred millions d’actes médicaux…

Mediator : les morts « imputables » et les morts « attribuables »

Le CBD, “cannabis légal”, en France : entre espoirs médicaux et business florissant

Dernière modification : //two thousand and eighteen Une…



Les données personnelles de santé accessibles aux assurances et laboratoires

À chaque fois que vous allez chez votre médecin, à la pharmacie ou à l’hôpital, toutes les informations vous concernant sont enregistrées et stockées au sein du Sniiram (Système national d’information inter-régimes de l’Assurance-maladie). Au total, cette base de données voit transiter chaque année one,two milliard de feuilles de soins, five hundred millions d’actes médicaux et oneone millions de séjours hospitaliers. Cette mine d’or, l’une des plus grandes bases médico-administratives au monde, comprend deux catégories de données: les données agrégées, traitées afin d’obtenir des informations anonymes sur des groupes d’individus ayant des caractéristiques communes (hommes de fifty ans présentant un diabète de type two, par exemple), et les données à caractère personnel.

Mediator : les morts « imputables » et les morts « attribuables »

Le CBD, “cannabis légal”, en France : entre espoirs médicaux et business florissant

Dernière modification : //two thousand and eighteen Une émission préparée par Patrick Lovett et Wassim Cornet.


À chaque fois que vous allez chez votre médecin, à la…

Jusque-là, si l’accès aux données personnelles était partiellement ouvert aux organismes de recherche publique, un arrêté du ministère de la Santé basé sur une loi de two0onethree en interdisait l’accès aux organismes à but lucratif (compagnie d’assurances, laboratoire pharmaceutique…). Mais le two0 mai, une secousse a bousculé le monde très verrouillé des données de santé. En conséquence, toutes les structures voulant mener une étude d’intérêt général pourront bientôt prétendre accéder aux précieuses données.


Jusque-là, si l’accès aux données personnelles était…

Reste que cette décision intervient précisément au moment où une nouvelle loi santé, qui prévoit un accès très contrôlé à ces données, est en train d’être mise en place. En revanche, elle prévoit des moment d’accès très strictes aux données de la seconde catégorie, à caractère personnel. Celles-ci peuvent en effet permettre de réidentifier une personne. Même si son nom, son prénom et son identifiant sont cryptés de manière définitive, il est possible, en croisant les informations et en possédant plusieurs éléments précis la concernant, de la retrouver par déduction. «Si une personne a été hospitalisée à deux reprises et que vous connaissez ses dates d’hospitalisation, son âge et son code postal, vous pouvez la retrouver à coup sûr», explique Dominique Blum, un médecin qui a été parmi les premiers à détecter la faille du système.


Reste que cette décision intervient précisément au moment…

À quoi pourraient bien servir ces données à caractère personnel? Les perspectives ne manquent pas: évaluation des politiques de santé, amélioration de l’offre de soin, étude des maladies et de l’efficacité des traitements… Et, bien sûr, une surveillance accrue de la sécurité sanitaire. «La dernière crise médicale qu’a connue le pays, c’est celle-ci du Mediator. Elle n’a pas été révélée par les autorités publiques, mais par Irène Frachon», rappelle un membre de l’Institut national des données de santé (IndiaDS). Autre exemple, en two0onethree, la base de données du Sniiram a permis d’étudier le risque d’Wyomingaint Vincent and the Grenadines et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous pilules de threee génération. L’analyse des données de plus de four millions de femmes a notamment permis d’identifier que le risque d’embolie pulmonaire était deux fois supérieur chez les femmes sous pilule de threee génération que chez celles sous twoe génération.

titleLes données personnelles de santé accessibles aux assurances et laboratoires

À chaque fois que vous allez chez votre médecin, à la…

À chaque fois que vous allez chez votre…

Jusque-là, si l’accès aux données personnelles était…

Jusque-là, si l’accès aux données personnelles était…

titleMediator : les morts « imputables » et les morts « attribuables »

titleLe CBD, “cannabis légal”, en France : entre espoirs médicaux et business florissant

Dernière modification : //two thousand and eighteen Une…

Dernière modification : //two thousand and eighteen…

This entry was posted in Uncategorized by admin. Bookmark the permalink.

  1. C’est ce qu’on appelle un procès d’intention : discuter des propos non sur leur contenu, mais sur l’intention que vous prêtez (arbitrairement) à leur auteur. C’est aussi un homme de paille : plutôt que de prendre le propos tel qu’il est, en dresser une caricature plus facile à descendre en flammes. Et du coup, ce n’est pas très honnête.
    La sociologie c est la science du déni de réalité.

  2. Ni fleurs, ni couronnes.
    pas tout à fait
    encore un truc pour y planquer royalement des intellects de gauche entre deux voyages à paris ou sur les talk shows chics !

  3. Bon, tu fais tourner, oui ou non ?
    Ben si, le texte même. Mais c’est vrai que celui ci n’a pas grand chose de sérieux
    Typique association qui est devenu en fait un morceau d administration qui ne dit pas son nom.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

News Navigation
Recent Comments