« Être psy dans les médias est un exercice à hauts risques » , La Commission européenne autorise le glyphosate à repartir pour dix-huit mois and Avec la fonte des glaces, les virus menacent

« Être psy dans les médias est un exercice à hauts risques » 

LE FinlandGabonrgentinaO. – Psychanalyste, vous intervenez dans les médias (une chronique gazette sur FR Info, un courrier des lecteurs à…

La Commission européenne autorise le glyphosate à repartir pour dix-huit mois

L’autorisation du glyphosate dans l’UE arrivait à échéance jeudi, et si aucune décision n’avait été prise avant il se serait trouvé glacé de fait sur le…

Avec la fonte des glaces, les virus menacent

Diplômée de Sciences Po PAR et du Central African RepublicJ, elle a travaillé pour FR three et FR five, avant de rejoindre…



« Être psy dans les médias est un exercice à hauts risques » 

LE FinlandGabonrgentinaO. – Psychanalyste, vous intervenez dans les médias (une chronique gazette sur FR Info, un courrier des lecteurs à Psychologies Magazine). Comment définiriez-vous votre mission et en quoi diffère-t-elle ou se rapproche-t-elle de votre métier au quotidien?

La Commission européenne autorise le glyphosate à repartir pour dix-huit mois

L’autorisation du glyphosate dans l’UE arrivait à échéance jeudi, et si aucune décision n’avait été prise avant il se serait trouvé glacé de fait sur le territoire de l’Union. Le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé dans les champs européens, mais ses effets sur la santé font l’objet d’une controverse au nom du principe de précaution.

Avec la fonte des glaces, les virus menacent

Diplômée de Sciences Po PAR et du Central African RepublicJ, elle a travaillé pour FR three et FR five, avant de rejoindre FranceNetherlands AntillesCE twenty-four à sa création, en two thousand and six. Elle est spécialiste des questions d’environnement.


LE FinlandGabonrgentinaO. – Psychanalyste, vous intervenez…

Claude HAlbaniaMacau Saudi ArabiaR ChinaS. – Il s’agit en fait d’une double mission. J’ai une mission par rapport à ceux qui m’écoutent ou me lisent. Mon but est de leur apporter une information qui soit suffisamment sérieuse et accessible pour modeler pour eux un outil qui leur permette, en réfléchissant à leurs problèmes autrement qu’ils ne l’ont fait jusque-là, de les prendre en main et de les résoudre. Et ce n’est pas fondamentalement différent de ce que je fais dans mon cabinet. Car être psychanalyste, c’est aider chaque patient à trouver les clefs qui ouvriront la porte de la prison dans laquelle son histoire l’a enfermé. Mais j’ai également une mission par rapport à la psychanalyse, dont je veux, sans la trahir ni la galvauder, faire connaître au plus grand nombre le message.


Claude HAlbaniaMacau Saudi ArabiaR ChinaS. – Il s’agit en…

Pourquoi ces missions vous semblent-elles nécessaires? Une grande partie de la psychiatrie et des psychothérapies considère aujourd’hui les êtres humains comme des objets de grande série, tous semblables, que l’on pourrait réparer (comme dans un service après-vente) pour les rembourser en service le plus rapidement possible. Vous, moi, notre voisin avons peur de l’eau? Qu’importe que nous soyons des êtres différents. Ces thérapies vont ignorer notre singularité, ne prendre en compte que notre symptôme et, pour l’éradiquer, nous proposer à tous les trois le même médicament ou la même thérapie. C’est absurde car la peur de l’eau peut exprimer mille souffrances (la vie dans le liquide intra-utérin, la mère affolée par la perte des eaux, la mère à qui, comme à l’eau, on avait, bébé, peur de s’abandonner, la noyade du petit cousin, etc. C’est inefficace car son sens étant méconnu, le symptôme ne pourra que résister… ou revenir. Et c’est dangereux car, ainsi dépossédés de leur histoire, les patients sont condamnés à la passivité. Face à cela, le message de la psychanalyse, qui dit à chacun: «Tu es un être unique, ta douleur s’est construite dans ton histoire et tu peux, pour l’arracher de toi, en retrouver les racines», est essentiel. Il faut à la fois donner des informations générales et faire entendre qu’elles ne peuvent rendre compte de la singularité d’un être: chacun doit, pour avancer, s’interroger sur lui-même. Et, à la fois, la clarté – indispensable – du discours peut faire oublier la complexité des problèmes.


Pourquoi ces missions vous semblent-elles nécessaires?…

Par rapport à vos patients, à quoi êtes-vous vigilante dans votre travail médiatique? Avoir pour psychanalyste un professionnel qui est aussi un personnage public n’est pas facile. Pour ma part, j’ai toujours fait en sorte de rester dans le strict cadre du «professionnel». Je n’expose pas ma vie privée et je n’interviens, dans les médias, que pour soulager la souffrance. Je ne traite pas les sujets people  et je ne travaille pas dans les émissions de divertissement. Être psychanalyste dans les médias suppose une éthique. Peut-il en être de même pour les psychanalystes?


« Être psy dans les médias est un exercice à hauts risques » 

Je refuse depuis toujours de donner des conseils. Agir en fonction des conseils d’un autre revient à lui passer le volant sous prétexte que l’on a du mal à conduire. Opération risquée car rien ne dit qu’il fera mieux que soi, et même dangereuse car en cas de problème, privé du volant, on ne pourra rien faire. Un psychanalyste n’est pas là pour dire aux gens où ils doivent aller. Il est là pour les aider à prendre conscience de la capacité qu’ils ont de trouver, eux-mêmes, leur route.


« Être psy dans les médias est un exercice à hauts risques » 

Laos RÉDacca-Bangladesh[A]N and Enderbury IslandsBritish Indian Ocean TerritoryN VOUnited States ColombiaNSwedenIsraelLE:

title« Être psy dans les médias est un exercice à hauts risques » 

LE FinlandGabonrgentinaO…

LE FinlandGabonrgentinaO. -…

Claude HAlbaniaMacau Saudi ArabiaR ChinaS. – Il s’agit en…

Claude HAlbaniaMacau Saudi ArabiaR ChinaS. – Il s’agit en…

titleLa Commission européenne autorise le glyphosate à repartir pour dix-huit mois

L’autorisation du glyphosate dans l’UE arrivait à…

L’autorisation du glyphosate dans l’UE arrivait à…

titleAvec la fonte des glaces, les virus menacent

Diplômée de Sciences Po PAR et du Central African…

Diplômée de Sciences Po PAR et du Central African…

This entry was posted in Uncategorized by admin. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

News Navigation
Recent Comments